Les élections du 26 février : analyse de Lettres Persanes
Vers un retour des réformateurs iraniens ? / Note pour la fondation Jean Jaurés
26 February, 2016
A l’issue des élections législatives et de l'Assemblée des experts, les spécialistes de Lettres Persanes analysent les enjeux de ces scrutins pour la Fondation Jean Jaurès.
Roohollah Shahsavar |
pdfLes résultats des deux élections du 26 février, au Majlis et à l’Assemblée des experts, s’annoncent cruciaux pour l’Iran de Rouhani. L’obtention d’une majorité au Parlement et l’entrée en force des réformateurs dans l’Assemblée des experts pourraient permettre au président modéré de porter son programme de réformes domestiques, tout en prolongeant sa stratégie d’ouverture de l’Iran sur l’extérieur. Si son camp gagne, et s’il fait montre de sa capacité à mettre en œuvre (avec succès) des changements internes comme il l’a fait en externe avec l’accord nucléaire, Rouhani est assuré de renouveler son mandat lorsqu’il se présentera à l’élection présidentielle de 2017. La popularité du président et le soutien d’une grande partie de la population dépendront en effet de la levée effective des sanctions et de leur impact rapide sur l’économie iranienne. À l’inverse, une défaite à ces deux élections viendrait bloquer l’agenda des réformes en confirmant le statu quo, et pourrait signaler le retrait de l’Iran sur la scène internationale, avec une stratégie plus offensive sur les fronts syrien et irakien. C’est le visage de la scène politique iranienne tout autant que le visage de l’Iran dans le monde qui s’en trouveraient affectés.
Une note de Delphine O et Roohollah Shahsavar, publiée par la fondation Jean Jaurès. 

 

s'abonner

Le contenu auquel vous souhaitez accé- der est réservé seulement aux abonnés.
Abonnez-vous gratuitement dès main- tenant si vous n'avez pas encore de compte d’utilisateur.

s'abonner

Dejà abonné ?

Connectez vous pour accéder aux contenus.


log in

© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.