Le président de la Banque centrale iranienne :
La mauvaise gestion des banques iraniennes responsable en partie de la dette
11 May, 2016
D'après le président de la Banque centrale iranienne, le ratio dette/PIB en Iran se situe autour de 25 %, plaçant l'Iran au 127e rang mondial en matière de dette publique.
Shargh | Photo: Presse TV

Le président de la Banque centrale iranienne, Valiollah Seif, a déclaré que les taux d’intérêt sur le marché interbancaire ont diminué pour atteindre 18,5 %, ajoutant que trois banques domestiques sont responsables de l’aggravation de la situation et qu’il est du ressort de la Banque centrale de « distinguer » entre les bonnes et mauvaises institutions bancaires. Selon Seif, en dépit des tentatives de contrôle du marché des changes, la Banque centrale iranienne n’a pas réussi à stabiliser les taux de change dans le passé, malgré ses injections de liquidité dans le marché dans les années 2011-2012, qui visaient à stabiliser le taux autour de 1 200 toman (0,35 euros). A cette époque, le taux de change réel était incontestablement supérieur au taux de change officiel. 

s'abonner

Le contenu auquel vous souhaitez accé- der est réservé seulement aux abonnés.
Abonnez-vous gratuitement dès main- tenant si vous n'avez pas encore de compte d’utilisateur.

s'abonner

Dejà abonné ?

Connectez vous pour accéder aux contenus.


log in

© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.