Revue de presse hebdomadaire / Semaine du 16 au 20 mai
L'Iran vu de la France : les mannequins « mal-voilées » à la une
30 May, 2016
Au menu de la revue de presse de cette semaine du 14 au 20 mai : des mannequins jugées mal voilées,  Kim Kardashian est une espionne...
Samuel Hauraix |

« Chasse », « traque », « coup de filet »... Cette semaine, le jargon du braconnage a jailli de la « battue » médiatique tournée vers l'actualité iranienne. La meute n'avait que ça en tête, ou presque. « Ça » ? Pas la cause animalière non, mais la condition de la femme en Iran. Cible privilégiée : ses mannequins. Le Parisien, ou plutôt « La Parisienne » qui relaie l'AFP, a été l'un des premiers à pointer le sujet : « L'Iran traque les mannequins non voilées sur Instagram. » Il est question de cette désormais fameuse opération « Araignée II », qui « s'apparente à une chasse minutieuse et qui a identifié au total 170 personnes (dont huit tout récemment) qui géraient des pages sur Instragram ». Personnes proches du milieu de la mode et « accusées de propagation de « culture anti-islamique ».

Titraille et contenu similaires pour Le Point, là où L'Obs n'hésite pas à dégainer le mot « chasse ». Le blog spécialisé du Monde, plus mesuré dans son titre, évoque lui une « vaste opération contre les mannequins et d'autres acteurs de la mode ». L'information fait dire à Madame Figaro que « le conservatisme est toujours de rigueur en Iran ». « Le voile (obligatoire pour toutes femmes, iraniennes ou étrangères, depuis la Révolution) est un combat obsessionnel » pour les autorités religieuses, constate France Inter dans sa chronique. Pour Ouest-France, c'est là la preuve que, «  trois semaines après la victoire aux législatives de l'Espoir, le retour de manivelle est déjà là ». « Ne jamais se réjouir trop vite ! » donc.

« L'espionne » Kim Kardashian

Voilà, en gros, pour le premier « volet » de cette actualité. Une information qui a fini par rebondir avec un protagoniste pour le moins inattendu : Kim Kardashian, égérie de la téléréalité américaine. Libération titre habilement « Kim Kardashian et Instagram, nouveaux satans de Téhéran ». Le papier reprend notamment les propos de Mostafa Alizadeh, porte-parole du Centre de la cybercriminalité organisée, qui accuse le PDG d’Instagram de demander « à Madame Kardashian d’implanter le mannequinat en Iran. Cela implique, sans aucun doute, une contrepartie financière. Nous prenons tout cela très au sérieux. » Kim Kardashian et Instagram seraient donc « des agents corrupteurs de la jeunesse iranienne », comme le dit Le Monde.

Même La Nouvelle édition de Canal + en touche deux mots. « On a fictionné une conspiration [...] c’est complètement dément », commente le trublion Ariel Wizman. En prenant une tournure people, l'actualité a logiquement été reprise par une large frange de la presse spécialisée. « Iran : mais pourquoi Kim Kardashian est-elle accusée d'être un agent secret ? », questionne par exemple Closer.

Sur le même thème, certains médias se font enfin l'écho de l' « acte politique » d'une jeune femme anonyme.

« Cette Iranienne a une manière radicale de lutter contre le port du voile », rapporte le Huffington Post avec le mot clé « religion » (plutôt que société par exemple). En se rasant la tête, cette jeune Iranienne a accompli un acte politique qu'elle n'avait pas imaginé au départ. Elle souhaitait en premier lieu vendre ses cheveux au profit d'enfants atteints d'un cancer. Par simple solidarité. Mais son geste a rapidement pris une tournure militante. »

Ces informations relayées sur la condition de la femme iranienne ont largement occupé l'espace médiatique. Ne laissant que quelques « miettes » au reste de l'actualité. Pour le coup, il a presque fallu partir à la chasse à ces autres sujets.

À lire également

Information totalement passée inaperçue : les Maldives ont rompu leurs relations diplomatiques avec l'Iran. Pour le savoir, on doit se contenter d'une dépêche Reuteurs reprise par Boursorama.

Un papier éco par le quotidien spécialisé Les Échos au sujet des « Etats-Unis (qui) invitent l'Europe à financer l'Iran ». Il est notamment question du secrétaire d'État américain, John Kerry, qui tente de rassurer les banques européennes. La même question est traitée Le Parisien.

France TV Info, aidée par l'AFP, s'intéresse à la fille d'un ancien président : Faezeh Rafsandjani est partie à la rencontre d'une dirigeante bahaïe. Pour la chaîne, il s'agit là d'un « coup politique qui met en lumière une communauté persécutée ».

Une (courte !) dépêche Reuteurs, reprise par Yahoo nous apprend que « La Russie va livrer plusieurs batteries de S-300 à l'Iran ».

© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.