L'Olympique de Marseille racheté par un fonds iranien ?
L'Iran vu de la France : l'offre iranienne pour l'OM fascine la sphère football
10 June, 2016
Au menu de cette semaine du 5 au 10 juin : un fonds iranien voudrait racheter le célèbre club phocéen, une anthropologue emprisonnée, des faits divers « drôlement » relayés...
Samuel Hauraix |

 

L'Olympique de Marseille racheté par un fonds iranien ? Au cœur d'une « petite » semaine d'informations iraniennes en France, c'est la question qui a agité une frange de la presse française : la presse sportive, évidemment. La rumeur est née chez l'hebdomadaire France Football  qui s'exclame : « Une offre iranienne pour racheter l'OM ! » On y apprend que « le club serait en train de vérifier très minutieusement le sérieux de l’investisseur et, pour l’heure, le dossier serait jugé en interne comme « extrêmement solide », en précisant bien qu’il ne s’agit pas de l’état iranien mais bel et bien d’un fond d’investissement. » Dans un autre papier  du même média, publié quelques jours plus tard, on apprend que « le rachat du club pourrait avoisiner les 100 millions d’euros. [...] Le budget prévisionnel de ce futur OM pourrait représenter entre 500 et 600 millions d’euros. » Ces révélations vont mettre le feu aux poudres. L'Équipe  estime par exemple que « la piste iranienne vient un peu réchauffer les cœurs ». Une chose est sûre pour Foot01, avec ce budget, « l'Iran fait saliver Marseille ! » Ce même site va encore plus loin dans la spéculation, dans un autre titre, prétendant qu' « avec l'Iran, Marseille peut récupérer des fans du PSG ». « Après les Qataris à Paris, les Iraniens à Marseille ? », questionne L'ExpressLa plupart des médias évoquant l'affaire supposent que ce fameux « fonds iraniens » serait lié à la compagnie aérienne Iran Air. Cette même rumeur circule d'ailleurs sur certains sites iraniens.

France 24 a pris l'information par un autre bout : celui de la réaction en Iran, où « la nouvelle suscite l'enthousiasme dans un pays passionné de football ». Le média fait notamment appel à un journaliste sportif iranien qui assure que « l'OM est considéré en Iran comme une équipe mythique ». Propos repris en boucle par bon nombre de sites spécialisés, notamment côté Marseillais, forcément.

On parie que l'information reviendra sur la table d'une prochaine revue de presse.

Une anthropologue canado-iranienne emprisonnée

Après l'emprisonnement de l'anthropologue canado-iranienne, Homa Hoodfar, « l'Iran se dirige peut-être vers un incident diplomatique avec le Canada », juge Le Parisien. Cette actualité survient alors que « le gouvernement libéral de Justin Trudeau a renoué un dialogue avec l'Iran, après la rupture des relations diplomatiques par le précédent gouvernement conservateur. » « On ne sait pas pourquoi elle a été arrêtée », s'inquiète la nièce de l'anthropologue, citée dans la vidéo de Radio Canada, reprise par Le Huffington Post.

L'insolite prend le pas sur le fait divers

Une dépêche AFP a été relayée par plusieurs titres de presse en ligne. Un habitant de Shiraz a été pendu pour avoir violé des dizaines de femmes. Particularité de l'histoire : l'homme, qui se recouvrait le corps de graisse pour ne pas être attrapé, a fini par être arrêté après avoir oublié un sous-vêtement chez une de ses victimes. Suffisamment cocasse pour que RTL titre « Iran : confondu par son slip, un violeur en série est pendu », tandis que Yahoo rapporte que « l’homme vaseline”, violeur en série, a été pendu ». Sobriété médiatique quand tu nous tiens.

Même procédé pour une information, cette fois, autrement plus légère que le viol. Le footballeur iranien Sosha Makani a été suspendu six mois... pour avoir porté un « pantalon à pois noirs », comme le décrit Ouest-France. Pantalon de couleur jaune, inspiré par un célèbre personnage de dessin animé. Il n'en fallait pas plus pour que le Huffington Post, Le Figaro ou DirectMatin mentionnent tous dans leur titraille : « suspendu pour avoir porté un pantalon Bob l'Eponge ». Le clic, ça se mérite.

À lire, voir, écouter également

Le Monde consacre un portrait (édition abonnés) de l'écrivaine d'origine iranienne Azar Nafisi, à l'occasion de la sortie de son dernier ouvrage « La République de l'imagination ». Entre son Iran natal et des États-Unis, où elle vit, à « l'attitude mercenaire et utilitariste », l'auteur « a opté pour une tierce citoyenneté, dit le portraitiste. La République de l’imagination est à ses yeux le seul pays vraiment habitable. »

L'hebdomadaire Le Point reprend une dépêche AFP à propos du « torchon qui brûle » entre Iran et les États-Unis en matière de terrorisme. Les deux pays s'accusant mutuellement de soutenir des groupuscules terroristes.

Un sujet de... 20 secondes, soit 4 lignes, réalisé par euronews à propos d'un possible décalage des jours de week-end en Iran. Puis 35 autres secondes sur une éventuelle commande de Boeing par la compagnie Iran Air.

RFI s'est penchée sur la situation économique du pays. Selon le correspondant Siavosh Ghazi, en se basant sur les annonces faites par plusieurs ministres, « la situation économique iranienne reste très sombre ». Une situation qui « peut rendre la tâche du président Rohani de briguer un second mandat difficile ».

À voir le long format de France 24 qui s'intéresse sur ce qui a changé, ou non, depuis la signature de l'accord sur le nucléaire.

 

Samuel Hauraix (@shauraix)

© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.