Au Forum économique international de Saint Pétersbourg
Iran - Russie : la coopération économique se renforce
29 June, 2016
Au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, qui se tenait la semaine dernière, un panel a réuni plusieurs participants sur le thème de “L’Iran après les sanctions et sa réintegration dans l’économie mondiale”.

Au cours de ce panel, le vice-ministre russe du Développement économique a déclaré que son pays était prêt à mettre en place toutes les structures et modalités nécessaires au commerce avec l’Iran et que des mesures spécifiques seraient mises en oeuvre pour les contrats avec ce pays, qui ne fait pas partie de l’Organisation Mondiale du Commerce. 800 délégations gouvernementales et ONG du monde entier, ainsi que le Conseil de la République islamique d’Iran, participaient à cette conference.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, le premier ministre italien Matteo Renzi, l’ancien président français Nicolas Sarkozy, un Commissaire européen et de nombreux hauts fonctionnaires russes assistaient au forum. C’est le president russe Vladimir Poutine qui a ouvert la session plénière le vendredi soir. De son côté, le ministère iranien de l’Industrie, des Mines et du Commerce avait organisé de multiples rencontres et des consultations bilatérales avec des représentants de la partie russe et des entreprises iraniennes.

De par la diversité des sujets abordés, la conference de Saint Pétersbourg constitue une opportunité importante pour échanger et concrétiser des projets commerciaux. La presence de 2 000 journalistes et medias, venus du monde entier, a permis d’attirer l’attention de nombreux experts et investisseurs sur les participants et les débats.

Un partenariat irano-russe qui pèsera 40 milliards d’euros

Le ministre iranien de l’Industrie, des Mines et du Commerce, Mohammadreza Nematzadeh, et le ministre russe de l’Énergie, Alexander Novak, se sont entretenus de la nécessité d’intensifier la coopération économique et commerciale ainsi que des liens industriels et énergétiques entre Téhéran et Moscou en marge de la conférence. Un partenariat entre les deux pays, qui devrait permettre de financer des projets communs pour un équivalent de 40 milliards d’euros, devrait bientôt être mis en œuvre.

Au cours de la rencontre entre les deux ministres, à laquelle assistaient également Mehdi Sanai, l’ambassadeur de la République islamique en Russie et un groupe de hauts fonctionnaires iraniens et russes, les participants ont discuté des mesures de mise en œuvre de la feuille de route de ce partenariat et du développement des relations entre Moscou et Téhéran. C’est en novembre 2015, lors d’une rencontre de la Commission conjointe de coopération irano-russe, que cette feuille de route avait été signée dans le but de faire progresser les relations entre les deux pays dans des secteurs divers et variés (industrie, énergie, chemins de fer, centrales et réseaux électriques, pétrole, gaz, etc.). Si certains des projets prévus par cette feuille de route ont d’ores et déjà démarré, d’autres sont encore en cours de planification.

L’économie et l’industrie iraniennes offrent des opportunités considérables sur le marché mondial, n’ont eu de cesse de rappeler les représentants russes et iraniens, ainsi que les nombreux investisseurs et experts économiques présents au panel sur l’Iran dans la période post-sanctions. Selon M. Nematzadeh, l’Iran a mis en place de multiples programmes de développement dans les secteurs de l’industrie, de l’énergie et des infrastructures et offre un large éventail d’opportunités pour les investisseurs étrangers et les industriels qui souhaitent implanter leurs activités dans le pays. Dans un contexte de concurrence mondiale, l’Iran se réjouit de la coopération avec des entités étrangères.

 Selon le service de presse de l’ambassade iranienne à Moscou, le ministre de l’Énergie russe a consacré la majorité de son discours au sujet de la coopération pétrolière avec l’Iran et des modalités des nouveaux contrats pétroliers.

 Le potentiel d’attractivité des infrastructures iraniennes

Pour Alexei Bashqyrov, directeur adjoint des investissements d’Interrussia (compagnie aérienne russe) et membre du conseil d’administration de Narylsky Nickel (entreprise minière spécialisée dans le nickel), l’Iran est une des économies les plus développées de la région en matière d’infrastructures et l’entreprise qu’il représente n’hésitera pas à élargir son champ de coopération avec Téhéran. Avec le temps, les capacités internes d’infrastructure et de développement du pays ont considérablement évolué et le dynamisme de l’économie iranienne n’est plus à prouver.

 « L’Iran est devenu très attractif pour les entreprises étrangères dans divers secteurs et le marché iranien offre des opportunités alléchantes. L’infrastructure du pays peut attirer les investissements étrangers et a la capacité d’accueillir des projets de grande envergure » a rajouté Charles Robertson, économiste en chef de la banque d’investissements Renaissance Capital.

 Bientôt une zone de libre-échange entre l’Iran et l’Eurasie ?

Les discussions entre l’Iran et l’Union économique eurasienne (EEU) qui visent à établir une zone de libre-échange et développer la coopération économique entre Téhéran et les membres de cette union vont être accélérées, d’après Moscou. Le vice-ministre russe du Développement économique, Alexey Likhachev, a annoncé que des représentants de l’EEU participeraient à une rencontre ce mois-ci afin d’échanger sur ce sujet.

Pour Mme Veronika Nikishina, chargée des questions de commerce pour l’EEU, il est capital de poursuivre les négociations avec l’Iran afin d’atteindre les objectifs fixés pour cette négociation avant la fin de la session de clôture. Le premier tour de négociations a eu lieu ce mois-ci à Moscou entre des représentants du Conseil d’administration de l’Organisation pour la promotion du commerce iranienne et de l’EEU. En outre, les droits de douane sur 8 produits d’exportation iraniens (pistaches, chou-fleur, brocoli, dattes, raisons secs, etc.) seront supprimés prochainement.

L’Union économique eurasienne englobe une population de 180 millions d’habitants répartie sur 5 pays : la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan et l’Arménie. Avec une superficie de 20 millions de km2, l’Union représente un marché important pour l’exportation des produits iraniens. La création d’une zone de libre-échange avec l’Iran pourrait offrir des opportunités exceptionnelles pour le secteur privé dans ce pays et dans l’EEU.

SMT
Quotidien économique iranien, proche de Ministre du Commerce, de l’Industrie et des Mines
© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.