L'Iran vu de la France
Le Hulk iranien : la touche insolite guide les plumes françaises
01 July, 2016
Chaque vendredi, « Lettres Persanes » vous propose une revue de presse complète de l'actualité iranienne traitée par les médias français (et parfois francophones). Au menu de cette semaine du 25 juin au 1er juillet : le Hulk iranien, les réactions au Brex
Samuel Hauraix (@shauraix) |

Iran est encore loin de rimer avec « néant », mais le pays fait clairement moins parler de lui dans la presse française, ces dernières semaines. Sans doute dû à l’approche des vacances. Malgré cela, les rédactions ont pioché dans les agences et les contenus web pour dénicher quelques sujets, parfois teintés de légèreté.

Meilleur exemple de la semaine, l’article du Huffington Post titré « Dites bonjour à Sajad Gharibi, le Hulk iranien ». « Article » ou plutôt vaste galerie photo précédée d’une dizaine de lignes de présentation de cette véritable vedette d’Instagram. Efficacité médiatique garantie (plus de 1 000 j’aime et 200 partages Facebook) sans trop se creuser la tête. Les gros bras du phénomène Gharibi sont mis en avant par énormément de médias anglophones depuis plusieurs semaines déjà. Et forcément, les médias français ont suivi le mouvement : l'Obs, Atlantico, VSD...

 

 

 

A photo posted by original page (@sajadgharibii) on

Outre l’éducation sexuelle, il a également été question d’ « éducation animalière ». 20 Minutes, en reprenant l’AFP, raconte l’histoire de propriétaires privés de leurs toutous. «  Avoir un chien serait « haram » (contraire à la religion) selon l’avis des dignitaires religieux… », sous-titre le gratuit avec l’usage du trois petits points. Malgré l’interdiction de promener un chien dans la rue, « de plus en plus d’Iraniens possèdent des chiens et n’hésitent pas à les promener dans la rue », termine l’article. 

Faut ici y voir le signe d’un pays « encore sous-développé » ? L’expression, employée par le journal Le Croix, rarement mentionné dans cette revue de presse, ne fait pas référence aux lois en vigueur en Iran. Mais à l’aspect économique. C’est tout l’objet d’un gros papier éco au titre clin d’oeil à l’actualité récente : « Le marché iranien donne des ailes à la France ». Un article qui surfe sur la vague médiatique de ces dernières semaines : marché prometteur mais « obstacle des restrictions financières américaines ». Du grand classique donc, dans ce papier qui remonte jusqu’à la coupure du ruban immortalisant le retour d’Air France à Téhéran, et la polémique sur les hôtesses de l’air datant… d’avril dernier. Réchauffé ? « Sous-développé » peut-être.

Réactions au « Brexit », passage obligé

Le tremblement de terre britannique a bien secoué jusqu’en Iran. L’information a été commentée par la presse et des responsables iraniens, au point que le blog spécialisé du Monde a décidé d’en faire un papier de réactions. « Vu d’Iran, le « Brexit » est une opportunité », ressort le titre d’un article loin d’être exhaustif. Il donne, malgré tout, un bon aperçu de la « lecture » faite de l’événement selon la couleur politique du média ou personnalité citée.

Didier Chaudet, analyste spécialisé sur l'Asie du Sud-Ouest et la géopolitique eurasiatique, s’est aussi positionné sur cette question, dans une chronique hébergée sur le Huffington Post. Selon lui, les réactions iraniennes ont montré

« la méconnaissance de certains de ses analystes face aux affaires européennes ». Il fait état de « certaines erreurs d'analyse typiques de bien des pays extra-européens face à l'Europe actuelle. […] En fait, les tensions internes à l'Europe pourraient être dangereuses pour les intérêts iraniens, notamment en ce qui concerne le dossier nucléaire et la normalisation des liens avec l'Occident. »

 

À lire, voir, écouter ailleurs

Le quotidien Ouest-France consacre un court papier au dessinateur de presse Hassan Karimzadeh. Avec la publication de l’un de ses dessins, sur Daech, et ce titre : « Quand la planète fait naître un monstre. » 

« Nous sommes venus prier pour tous les combattants de l’islam. Inchallah, Daech disparaîtra. »

Tels sont les mots d’un Iranien amené à prier à l’occasion de Laylat-al-Gadr (« Nuit de la destinée »), nuit importante chez les musulmans au cours de laquelle le prophète a reçu les paroles d’Allah. Les prières de ces Iraniens sont l’objet de cette dépêche AFP, reprise par L’Express.

Tout près des frontières revendiquées par l’organisation État islamique, à la frontière avec le Kurdistan irakien, les combats font rage entre Gardien de la révolution et les Kurdes. Cette semaine, « 11 rebelles kurdes et 3 militaires [ont été] tués » rapporte Le Figaro via une dépêche AFP. Le Parti démocrate du Kurdistan d’Iran (PDKI) réclame l’autonomie de la zone iranienne où « on assiste à une recrudescence des actions armées ». Il est rappelé que, deux semaines auparavant, les Gardiens de la révolution avaient déjà fait état de la mort de douze "terroristes" et de trois militaires iraniens.

 En écho à la semaine dernière, où il a été question de la course Boeing/Airbus à la vente d’appareils en Iran, une dépêche Reuters fait état de « doutes croissants » à propos de la vente d’A380. En plus des autorisations d’exportation américaines nécessaires, un officiel iranien a assuré à l’agence que l’Iran a « toujours clairement dit qu'il s'agissait d'une option. Il est possible de passer sur d’autres modèles ».

 « L’opinion publique émue après l’assassinat de trois gardes-chasse », rapporte le blog du Monde, qui nous apprend que pas moins de 118 gardes-chasse ont été abattus par des braconniers ces dernières années. Des ajustements juridiques sont réclamés.

 Cette même justice iranienne vient de condamner à mort « deux afghans (sic) coupables d’avoir violé une jeune Française il y a moins d’un an », informe BFMTV.

© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.