Revue de presse francophone
L'accord nucléaire : la presse fait le bilan « un an après »
16 July, 2016
Au menu de cette semaine du 9 au 15 juillet : le premier « anniversaire » de l’accord sur le nucléaire, tensions diplomatiques, le guide de la « picole » en Iran…
Samuel Hauraix @shauraix | Photo: Instagram de @roohsavar

C’était il y a un, quasiment jour pour jour. À Vienne, Téhéran signait avec l’Occident un accord, qualifié par tous d’historique, sur son volet nucléaire. La presse, comme elle le fait régulièrement, se demande aujourd’hui : quel bilan, un an après ? Face à cette question, c’est la grise mine qui domine dans les médias français.

L’Express est le premier à relayer cette dépêche AFP intitulée : « Le bazar de Téhéran attend les bénéfices de l'accord nucléaire ». Au cœur du « principal centre du commerce à Téhéran », le journaliste estime que « la levée en janvier d'une partie des sanctions internationales n'a pas entraîné de profonds changements pour les petits commerçants, qui continuent à regarder vers l’Asie ». Même tonalité dans une autre dépêche AFP reprise par Libération et Le Parisien : « L’enthousiame (sic) fait place au doute un an après l’accord nucléaire ». Dans l’article (pas particulièrement bien « toiletté »…),  il est question du « danger d’un retour en arrière ».

En parlant de retour en arrière, Euronews conclut d’une drôle de manière ses 2 minutes 30, plutôt complètes, consacrées à cet accord qui « profite peu à l’économie iranienne ». On y voit, sans qu’il ne soit mentionné dans le sujet et sans qu’on ne comprenne vraiment pourquoi, un certain Mahmoud Ahmadinejad, l’homme à qui Hassan Rohani a succédé.

Dans son article pour Le Monde (édition abonnés), Ghazal Golshiri dresse d’ailleurs un bilan économique éloquent de l’ultraconservateur : « Le président Hassan Rohani a hérité d’une économie gravement touchée par des années de sanctions internationales et par des politiques erronées de son prédécesseur, [] : dépenses inconsidérées, interventions incessantes sur le marché des changes et corruption. » La journaliste est également allée à la rencontre des commerçants, pour constater les « espoirs douchés » de ces derniers. Malgré ce « chemin semé d’embûches » pour un réel redémarrage de l’économie iranienne, l’auteur assure que l’actuel chef de l’État « se représentera très probablement à la prochaine présidentielle, prévue pour mai ou juin 2017 ».

Et cela, même si « les conservateurs en profitent pour critiquer sévèrement le président Rouhani, décrit Siavosh Ghazi pour RFI. Il doit rapidement améliorer la vie des Iraniens pour espérer un second mandat. »

Le Figaro prend le contre-pied avec sa dépêche AFP qui s’intéresse, elle, à la réaction non pas des commerçants, mais du gouvernement : « L'Iran « relativement » satisfait » de l’accord nucléaire.

Le peu d’enthousiasme affichée par la majorité de la presse française n’atteint pas celui de FranceInfo qui titre : « La ruée vers l’Iran ». Ce long format, aux entrées de lecture multiples, nous apprend qu’ « en six mois, 250 délégations (d’entreprises françaises) ont fait le voyage à Téhéran ! » Et que, révélation, « l’Iran est un pays sûr avec une population accueillante et curieuse ». « On a une image pas très bonne de l'Iran en France. Est-ce que votre perception a changé ? », demande le journaliste à un responsable français de tourisme, qui répond : « Oui, quand on y est, on s'aperçoit que la réalité du terrain est assez loin, voire très très loin de l'image qu'on a véhiculée et entretenue pendant toutes ces années. C'est très dommage et injuste. » 

À lire, voir, écouter également

France24 consacre un format de 10 minutes : « Face à l’Iran, Israël et l’Arabie saoudite resserrent leurs liens ». Il est question d’un « réchauffement assez surprenant dans cette non-relation. Car les deux pays ont en commun une hostilité envers une autre grande puissance régionale, à savoir l’Iran. »

Un autre événement sur la scène diplomatique, survenu cette semaine, mériterait sans doute lui aussi son analyse. Le Monde et Le Figaro, à partir d’une même dépêche AFP, informent que l’Iran a convoqué « l’ambassadeur de France à Téhéran après une réunion d’opposants à Paris ». Référence est faite à la réunion annuelle, du CNRI, au Bourget le week-end dernier. Une organisation décrite par Téhéran comme un « corps puant », ou encore un « groupe terroriste anéanti et détesté ».

« Terroriste », c’est également le mot qui a été choisi pour qualifier l’attaque à la frontière irakienne qu’ont subie un député et un préfet iraniens, blessés, dont Le Figaro se fait écho avec une courte dépêche. Le quotidien a été le seul à relayer l’information. On imagine un traitement médiatique tout autre si la même attaque était survenue en France.

Un traitement sans doute pas à la hauteur de ce qu’a été le déferlement après l’annonce de la mort d’Abbas Kiarostami, la semaine dernière. Euronews a sorti un ultime reportage sur « les adieux » faits au réalisateur, et à la cérémonie tenue en son honneur en présence d’Asghar Farhadi.

De son côté, l’hebdomadaire Le Point rend « hommage »… à l’agriculture iranienne : « L’agriculture a également été inventée en Iran, voilà 10 000 ans ! » On y apprend que, en se basant sur les récentes découvertes d’archéologues, « les Européens descendent des agriculteurs anatoliens et les Indiens, Pakistanais et Afghans, des agriculteurs iraniens ».

 La palme du ton débridé de la semaine revient enfin à France 24 et ses « observateurs ». Ces derniers se demandent tout bonnement « comment sa saouler au nez et à la barbe des mollahs ? » En se basant sur les témoignages d’anonymes, le média livre quelques clés pour « picoler malgré l’interdit ».

© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.