Lancement des nouveaux contrats pétroliers (IPC) en Iran
Nouveaux contrats pétroliers (IPC) : un potentiel de 300 milliards de dollars
23 September, 2016
En dépit de la chute vertigineuse de son prix et de son impact sur le budget du gouvernement iranien, le pétrole reste toujours la première ressource économique de l’Iran.

Pour maintenir la ressource pétroliére à flot, l’industrie pétrolière a besoin d’investissements et de développement. Après avoir expérimenté plusieurs modèles de contrats pétroliers (dont la plupart ne semblaient pas satisfaire les intérêts nationaux de l’iran), le lancement des contrats de contre-achat, dits « buyback » inaugure en 1993 une nouvelle ère du commerce pétrolier. Le buyback prévoyait  que l’Iran récupère l’exploitation du champ pétrolier après son développement. Peu attractif pour les entreprises étrangères, un tel modèle de contrat n’injectait pas suffisamment de capital dans l’industrie pétrolière iranienne. Le défaut de ces contrats était double : d’une part, la production ne serait pas pérenne (les contrats étant conclus pour des périodes courtes) et d’autre part, les entreprises étrangères avaient intérêt à augmenter les coûts d’immobilisation puisque leur rémunération dépendait de ces coûts.

s'abonner

Le contenu auquel vous souhaitez accé- der est réservé seulement aux abonnés.
Abonnez-vous gratuitement dès main- tenant si vous n'avez pas encore de compte d’utilisateur.

s'abonner

Dejà abonné ?

Connectez vous pour accéder aux contenus.


log in

© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.