Editorial du journal Etemad
Les problèmes sociaux menacent l'Iran plus que les enjeux internationaux
12 October, 2016
Le journal Etemad apporte tout son soutien au ministre de l'Intérieur qui lance l'alerte sur la gravité des problèmes de société (chômage, inégalités, criminalité, etc.) en Iran.
Etemad | Photo: ISKA News

Selon le ministre de l’Intérieur iranien, Abdolreza Rahmani Fazli, “ le principal danger pour l’Iran d’aujourd’hui vient de l'intérieur, et non de l'extérieur ”. C’est la première fois qu’un représentant du gouvernement évoque de façon aussi explicite les problèmes de société * qui rongent l’Iran. Nous lui apportons tout notre soutien. En effet, en dépit de leur importance et de leur impact, les menaces extérieures qui pèsent sur l’Iran diffèrent largement des menaces intérieures. Dans l’histoire de la République islamique, c’est la guerre avec l’Irak et Saddam Hussein qui ont représenté le danger le plus fort pour l’Iran. Or ce danger a pu être neutralisé grâce à la résistance armée du pays et grâce aux résolutions de l’ONU, c’est-à-dire par une solution diplomatique. Plus tard sont apparues les sanctions et les menaces militaires contre l’Iran. Mais comme l’Histoire l’a prouvé, le pays a su faire face à ces défis en s’appuyant sur la diplomatie et la négociation. La confrontation avec les pays étrangers peut être résolue grâce au dialogue et au compromis ; après un certain laps de temps, il arrive même que les menaces extérieures se transforment en opportunités pour la nation. Par exemple, la guerre américaine en Irak a profondément impacté la menace que représentait l’Irak pour l’Iran et renversé la situation au Moyen-Orient.

s'abonner

Le contenu auquel vous souhaitez accé- der est réservé seulement aux abonnés.
Abonnez-vous gratuitement dès main- tenant si vous n'avez pas encore de compte d’utilisateur.

s'abonner

Dejà abonné ?

Connectez vous pour accéder aux contenus.


log in

© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.