La télévision iranienne fascinée par les élections américaines
Les cadeaux de Hollywood à la TV iranienne
08 November, 2016
La télévision officielle iranienne succombe elle aussi à la fascination des élections américaines, ses scandales et ses compromissions. "House of Cards", "Des hommes d’influence" et "Truth : le prix de la vérité" ont été diffusés à l'occasion des élections présidentielle américaines.

Les Iraniens sont habitués à regarder des films américains sur leurs chaînes nationales, qui ont toujours en réserve un catalogue d'oeuvres en provenance d'Hollywood. 

Ces mois-ci, la télévision officielle iranienne succombe elle aussi à la fascination des élections américaines, ses scandales et ses compromissions. Ainsi, depuis le mois de septembre, la série américaine House of Cards, l’énorme succès de Netflix avec Kevin Spacey en politicien machiavélique et prêt à tout pour arriver à la Maison Blanche, est diffusée par cette télévision nationale. Et cette semaine, ce sont deux films américains qui arriveront sur le petit écran des Iraniens.

Il s’agit d’une part de Des hommes d’influence, sorti en 1997 et réalisé par Barry Levinson (le réalisateur de Rain Man) avec Robert de Niro et Dustin Hoffman, où les conseillers d’un candidat aux élections présidentielles inventent une guerre en Albanie pour détourner l’attention du public d’un scandale sexuel qui menace le candidat. D’autre part, Truth : le prix de la vérité  de James Vanderbilt, le scénariste de Zodiac, avec Robert Redford et Cate Blanchett, sorti en 2015, raconte l’histoire vraie de deux journalistes américains de la célèbre émission 60 Minutes qui ont diffusé un documentaire compromettant sur George W. Bush à quelques mois de l’élection présidentielle de 2004.

Cet intérêt accru de la télévision d’Etat pour des fictions inspirées de la politique américain n’a bien sûr rien d’innocent. Aux yeux des ultraconservateurs iraniens qui considèrent toujours les Etats-Unis comme le “Grand Satan”, les machinations diaboliques de Kevin Spacey dans House of Cards, la corruption et la manipulation des politiciens américains dans les deux films cités constituent une preuve supplémentaire de la gangrène qui parcourt l’establishment américain.

Il faut noter au passage que la télévision iranienne ne paie aucun droit de diffusion aux studios américains, puisque l'Iran n'est signataire d'aucune convention internationale sur la propriété intellectuelle. C'est donc un cadeau tout à fait gratuit (et involontaire) qu'Hollywood faitr aux téléspectateurs iraniens...

© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.