Pollution des sols en Iran : lutte contre les mégots de cigarettes
14 December, 2016
Dernièrement, un message a été diffusé sur les réseaux sociaux : « Il suffit d’1m3 de précipitations pour que chaque mégot pollue le sol. Un an après, plus aucune plante ne pousse à cet endroit ». C'est à la fois une alerte pour la société civile et pour les fumeurs qui jettent leurs mégots en espérant qu'ils se dégradent.
Arman | Extrait - Ramin Alizadeh | Photo: Hamidreza Dastjerdi, ISNA

Malgré la situation préoccupante de la qualité de l’air en Iran, il ne faut pas oublier que les sols sont une précieuse ressource qui peut tout autant être contaminée. La pollution de l’air et des sols se renforcent mutuellement : lorsqu'il pleut, ce qui est dans l'air se dépose sur le sol et pénètre ainsi au cœur de la terre. Outre la pollution liée à certaines activités (pétrolière par exemple), il existe aussi d’autres types de pollutions qui semblent moins importants mais auxquels il est difficile de remédier. À cet égard, les mégots de cigarettes peuvent être considérés comme les prédateurs silencieux des sols.

Compte Instagram de la campagne 

En apparence, un mégot de cigarette est tout petit ; il est facile de le jeter n'importe où et de l’écraser sous son pied. Contrairement à ce que l’on pense, ce n'est pas la fin de l’histoire mais le tout début. Les mégots sont composés de matières artificielles qui ne sont pas biodégradables. Le traitement de l’eau ne peut pas purifier les matières organiques lourdes et il existe donc une probabilité de retrouver ces produits polluants dans l'eau potable à usage courant. Une à une, les villes iraniennes sont confrontées au même problème inquiétant : la contamination de l’eau et des sols par les mégots jetés dans la rue ou dans les égouts.

Dernièrement, un message a été diffusé sur les réseaux sociaux : « Il suffit d’1m3 de précipitations pour que chaque mégot pollue le sol. Un an après, plus aucune plante ne pousse à cet endroit ». C'est à la fois une alerte pour la société civile et pour les fumeurs qui jettent leurs mégots en espérant qu'il se dégradent. « Dans une surface extrêmement réduite (500m) d’un parc de Kermanshah et dans un laps de temps assez court (1h30), nous avons ramassé environ 6 000 mégots de cigarettes. C’est absolument énorme », se désole Shirin Khansari, directrice d’une association pour l’environnement. Selon cette militante écologiste, « les mégots ramassés ont été rassemblés dans des bouteilles fermées pour pouvoir être traités en même temps que les déchets de l’hôpital et éviter ainsi qu’ils ne polluent une deuxième fois l’environnement ».


À Mashhad, deuxieme ville du pays, les jeunes se mobilisent pour ramasser des mégots | photo : ISNA

Le danger de la pollution des sols n'est pas moins important que celui de la pollution de l'air, mais moins visible, il attire moins l'attention. Lors de la journée mondiale des sols, le directeur du comité environnemental du Conseil de la ville de Téhéran s’est exprimé à ce sujet. « À une époque pas si lointaine, a-t-il déclaré, non seulement l'eau était pure, mais les sols étaient aussi très fertiles. Aujourd'hui, la capitale est privé de tout cela ». « La crise des sols de Téhéran, ajoute Mohammad Haghani, a été négligée au profit de la pollution de l’air et de la pénurie d’eau alors qu’ils s’agit d’un problème tout aussi préoccupant ».

Mais la pollution des sols ne touche pas seulement la capitale ; de nombreuses villes iraniennes sont aussi exposées à ce danger. On appelle pollution des sols toute modification - en particulier dans les éléments qui constituent le sol - qui rend l'utilisation de la terre impossible. Cela cause notamment un ralentissement de la croissance des plantes, voire une disparition de la végétation qui aboutit à l'érosion et à la désertification des sols.


Mobilisation à Tabriz, au nord-ouest de l'Iran | photo khabaronline.ir

Le 18 juin 2013, un projet de loi générale sur la protection des sols a été présenté au parlement en vu d’être corrigé et dissocié du projet de loi sur les ressources naturelles.  Après quelques changements, il a enfin été approuvé le 19 avril 2015. Suite à la prise de fonctions du parlement suivant, il a de nouveau été inscrit à l'ordre du jour pour examen et approbation. Ce projet de loi sur les sols prévoit une classification des terres, un zonage des sols pour identifier les sources de pollution et un contrôle de la qualité des études de géologie.

La pollution chimique des sols et la manière de la contrôler, la vente de terrains, la prévention de l’érosion et toutes les mesures à prendre pour limiter la vulnérabilité des sols ont été prises en comptes dans ce projet de loi.

Le directeur de la commission parlementaire sur l'agriculture a précisé que ce projet de loi intégrait aussi la prévention des atteintes à l’environnement. « La pollution chimique des sols et la manière de la contrôler, la vente de terrains, la prévention de l’érosion et toutes les mesures à prendre pour limiter la vulnérabilité des sols ont été prises en compte dans ce projet de loi », termine enfin M. Ali Mohammad Shaeri.

Arman
Quotidien généraliste
© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.