Plus de 100 attentats déjoués ces deux dernières années, l'Iran se prépare à lutter sur son sol contre Daesh
09 June, 2017
"Le monde entier connaît le bruit d'une explosion, mais personne ne connaîtra cent explosions déjouées" affirme Sayyed Mahmoud Alavi, ministre du renseignement iranien, faisant allusion aux plus de cent attentats déjoués depuis ces deux dernières années en Iran.
Roohollah Shahsavar | Photo: Efran Kouchari - Tasnim

Mercredi matin, deux attentats terroristes ont fait 17 morts et 52 blessés à Téhéran et Ray. Plusieurs commandos ont mené deux opérations en Iran. La première a touché la capitale, Téhéran, et son parlement. La seconde, le mausolée de

Un premier attentat, mais pas la premiere tentative  

Les attaques d'hier à Téhéran et à Ray, étaient le premier attentat revendiqué par Daesh sur le sol iranien. Néanmoins,  ce n'est pas la première tentative du groupe terroriste.  Depuis l'émergence de Daesh dans le voisinage de l'Iran, les autorités iraniennes ont évoqué plusieurs dizaines de tentatives d'attentats déjoués par les forces de sécurités et les services de renseignements iraniens. Proactifs depuis 2015, Daesh installe un camp d'entraînement en Irak afin d'entraîner les combattants d'origine iranienne. Depuis quelques mois, Daesh a aussi lancé un site internet en persan, visant un public persanophone vivant majoritairement en Iran et en Afghanistan.  

Les cérémonies publiques dans le viseur de Daesh  

En janvier 2016 huit personnes ont été arrêtées à propos d’une série d'attentats ayant eu lieu pendant les fêtes nationales de la victoire de la Révolution de 1979. Selon le porte parole du pouvoir judiciaire iranien, les cinq personnes arrêtées étaient de nationalité étrangère et avaient  un lien avec des groupes terroristes wahabites.  

Quelques mois plus tard, en mai, le ministère du renseignement iranien annonce dans un communiqué de presse un autre attentat déjoué prévu dans un centre de rassemblement à Téhéran. Conscient de la visée médiatique des opérations de Daesh, les autorités iraniennes ont su rester discrètes quant à ces évènements, se contentant uniquement de publier les communiqués officiels.

Encore le ramadan  

En juin 2016, comme les attentats ayant eu lieu hier,  Admiral Shamkhani, secrétaire du Conseil national de sécurité annonçait l'arrestation d'un groupe terroriste wahabite. Les personnes arrêtées avaient organisé une vague d'attentats pendant le mois du ramadan de 2016.   

Les élections présidentielles   

Seulement quelques jours avant les élections présidentielles iraniennes du 19 mai dernier, l'agence de presse Tasnim annonce, qu’une vague d'attentats ont été déjoué dans plusieurs villes d’Iran. D'après le ministère du renseignement iranien, plusieurs personnes en lien avec l’affaire ont été arrêtées.   

Malgrés les efforts engendrés par les services du renseignement iranien, le double attentat d’hier sur le sol iranien n’a pas été empêché.  

Une histoire familière avec les attentats  

Depuis l'assassinat du (roi d’Iran Nasseredin) Shah Qajar, en 1896, l'Iran a fait face, au cours de son histoire moderne, à une vague d’attentats terroristes.

Dès le lendemain de la Révolution de 1979 et la mise en place de la République islamique d'Iran en 1980, le pays se confronta à plusieurs mouvement terroristes qui se réclamaient comme opposants du régime politique. De nombreux dirigeant iraniens ont été assassiné par les groupes terroristes, notamment les Mujahedins ou le groupe Froghan. Un Président, un Premier ministre, un Chef du pouvoir judiciaire, des dizaines de ministre et de députés, mais aussi des milliers de victimes. Ces années furent suivies par la guerre  contre le régime de Saddam Hussein.   

Excepté quelques cas isolés, l'Iran passe deux décennies relativement calmes et sécurisées, jusqu’en 2009, année marquée par la naissance d’ un mouvement salafiste dans la région de Balouchestan. Dirigé par le jeune combattant, Abdolmalek Rigi , le mouvement Jondollah avait organisé plusieurs opérations d'attentats en 2006 ( 18 morts) et en 2007 (21 morts). En 2009 Jondollah commet son dernier attentat qui fait 28 victimes. L'ancien élève d'une école salafiste au Pakistan, le leader du mouvement  Jondollah fini par être arrêté par les forces iraniennes en 2010. Il sera exécuté dans la même année après s’être confié pendant huit ans sur ses opérations et ses relations avec les services de renseignement étranger, notamment  américains et  pakistanais, dans une vidéo diffusée à la télévision iranienne.   

Les scientifiques iraniens dans le viseur des opposants du programme nucléaire  

Les iraniens ont connu une autre forme d'opération terroriste visant les scientifiques faisant partie du programme nucléaire.   

En 2010 puis en 2011, plusieurs scientifiques, principalement des physiciens, ont été assassiné. Alors que l'Iran déplore de nombreux assassinats visant ses scientifiques, au moins quatre membres du programme nucléaire iranien ont été tués par balle ou dans une explosion. D'après un reportage de la chaîne américains NBC, les responsables américains sont convaincu que cette série d'assassinats avait été organisée par le Mossad, en coopération avec le groupe Mujahedins.   

Fort de leur histoire marquée par de nombreux attentats, les autorités iraniennes ont un savoir faire considérable dans la lutte contre le terrorisme. Néanmoins, cela n'a pas empêché les combattants de Daesh de toucher la capitale du pays. Les services de renseignements iraniens, soutenus globalement par la population, sont réputés pour savoir éradiquer efficacement les différents mouvements terroristes et ne pas se laisser surprendre plusieurs fois de suite par le même mode opératoire.

Le premier attentat réussi de Daesh sur le sol iranien marque un défi important pour l'Iran, pays  pourtant le plus en sécurité dans une région, à l’heure actuelle, très instable.   

Roohollah Shahsavar
Fondateur et directeur de la publication de Lettres Persanes
© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.