[Vidéo] Socialisme et capitalisme iraniens à l’heure de la mondialisation : une économie révolutionnaire
06 January, 2018
Retour sur le panel économique du colloque intitulé « Iran : la (R)évolution en héritage », organisée par Lettres Persanes et l'Ifri au Palais du Luxembourg.
Photo: Mahka Eslami

En  mars 2017, Lettres Persanes organisait, en collaboration avec l’Institut Français des Relations Internationales (Ifri), un colloque intitulé « Iran :la (R)évolution en héritage. Comprendre les enjeux politiques, économiques et culturels de l’Iran contemporain » au Palais du Luxembourg.

Modération : Dorothée Schmid, chercheur, responsable du programme Turquie contemporaine à l'Ifri

Mehrdad Emadi,  (économiste, Cabinet Betamatrix, Londres)  (0:46)

Hamzeh Arabzadeh, (économiste, Ecole d’économie de Paris) (34:58)

Thierry Coville,  (chercheur associé à l'IRIS, professeur à Novancia) (55:48)

Mehrdad Emadi a introduit le sujet économique en démontrant, à l’aide de statistiques portant sur la présence d’étudiants iraniens dans les meilleures universités américaines, que l’Iran dispose d’un capital humain et scientifique de premier ordre. En dépit de ce capital, une mauvaise gestion de l’économie et le poids des sanctions ont considérablement retardé le développement économique du pays.

Hamzeh Arabzadeh  est ensuite revenu sur le lien entre la croissance démographique iranienne et les difficultés à absorber cette main-d’œuvre sur le marché du travail.

 

Enfin, Thierry Coville a présenté ses recherches sur un aspect peu connu de l’économie iranienne : le poids des entreprises familiales dans le secteur privé. Même si elles sont moins importantes qu’avant la Révolution, ces entreprises sont toujours aujourd’hui des marqueurs qui accompagne les mouvements de la société iranienne.

 

© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.