Le Drian en Iran : sa venue n’apporterait aucune nouvelle solution selon la presse iranienne
07 March, 2018
Aucune nouvelle solution n’a été ouverte suite au voyage de Jean Yves Le Drian à Téhéran ce lundi cinq mars. C’est ainsi que la presse iranienne résume cette évènement. Les doigts sont pointés à l’interview du chef de la diplomatie française avec le JDD à la veille de sa visite en Iran.
Photo: Mohammad Assanzadeh - Tasnim

 Aucune nouvelle solution n’a été ouverte suite au voyage de Jean-Yves Le Drian à Téhéran ce lundi cinq mars. C’est ainsi que la presse iranienne résume cette évènement. Les doigts sont pointés à l’interview du chef de la diplomatie française avec le JDD à la veille de sa visite en Iran. Le Drian menace l’Iran de subir des « nouvelles sanctions» parce que, selon lui, les missiles iraniens « ne sont pas conformes aux résolutions du Conseil de sécurité et dépassent les seuls besoins de sécurité des frontières de l'Iran». Une revendication démentie par les responsable iraniens une fois que M. Le Diran les voit sur place.

La presse conservatrice dans un premier temps critique sévèrement les prise de position de du chef de la diplomatie française. Elle le condamne d’être « le serviteur des Américains ». « Nous ne sommes ni les représentants de Donald Trump ni les avocats des affaires de l’Iran » confie un diplomate français à Etemad. « Nous avons nos propres inquiétudes et nous sommes là pour en discuter » rajoute-il.

Alors que le chef de la diplomatie iranienne est réputé d’être toujours accueillant quant à recevoir les délégations étrangères, selon Etemad, « on n’a pas vu les fameux sourires de M. Zarif » cette fois-ci. Contre toute attente, c’est la première fois que l’on voit un ancien commandant de la marine iranienne être en tenue militaire dans une rencontre diplomatique. En effet, Ali Shamkhani, secrétaire du Haut Conseil de la sécurité nationale lors de sa rencontre diplomatique avec Jean-Yves Le Drian, a accueilli dans une tenue inhabituelle de chef de la diplomatie française. contre toute attente. « La politique de l’Europe selon laquelle elle décline devant les États-Unis pour le convaincre de rester dans l’accord, est en réalité jouer le jeu de Trump. » affirme Ali Shamkhani lors de sa rencontre avec M. Le Drian.

Ali Shamkhani et Jean-Yves Le Drian - le 5 mars à Téhéran - photo : Mohammad Hassanzadeh - Tasnim

Selon Etemad, le message transféré par les Iraniens est le suivant : « 1- aucune partie de l’accord nucléaire est renégociable 2- L’Iran ne négocie non plus sur son programme balistique. Et en fin 3 – L’Iran renoncera de l’accord nucléaire si l’Europe baisse les bras contre les chantages de Trump ».

 Rouhani rassure son invité français

Cependant, Hassan Rouhani rassure son invité français que « l’Iran ne violera jamais le Brarjâm ». Pour le Président iranien « la réussite de l’accord nucléaire prouve à tout le monde que la négociation et la diplomatie est la meilleure option pour résoudre les conflits, tandis que son échec signifiera que les négociations ne sont qu’une perte du temps. »

Le ministre des affaires étrangères français affirme de son côté que « la France, en insistant sur le respect de toutes les parties signataire de l’accord, jouge que les positions des États-Unis fragilisent ce compromis international. » écrit le journal Iran. Soulignant les efforts faits de la part de la France et les autres pays européens, Jean-Yves Le Drian rassure l’Iran mise en place les nouveaux dispositifs afin de « faciliter les échanges monétaire et bancaire entre l’Iran et la France, dans un futur proche. » Tout en restant optimiste, pour le journal officiel du gouvernement iranien, « l’inauguration de l’exposition du musée du Louvre « est un signe de la volonté des deux pays afin du développement des différents aspects des relations bilatérales ».

 

 

© 2016 Lettres Persanes. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, du contenu du site est strictement interdite sauf autorisation écrite de Lettres Persanes.